Accueil » Blog » [Test] MSI Summit MS321UP – Du haut de gamme sans concession ?

[Test] MSI Summit MS321UP – Du haut de gamme sans concession ?

Aujourd’hui nous testons l’écran MSI Summit MS321UP, un écran UHD axé sur la productivité et la fidélité visuelle, avec un paquet de fonctionnalités. Avons-nous droit à un écran haut de gamme sans concessions ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

CARACTÉRISTIQUES ET DESIGN

MSI nous propose avec son Summit MS321UP un écran UHD de 32 pouces destiné aux professionnels et à ceux qui ont besoin d’une excellente fidélité d’image. Quoi de mieux qu’une dalle IPS pour cela ? L’écran se veut proposer plus qu’une « bonne qualité d’image », avec une connectique fournie et un logiciel censé améliorer la productivité. Pour rappel, voici les caractéristiques principales :

  • 3840×2160 (UHD)
  • Dalle IPS
  • 32″ 16:9
  • 60 Hz
  • 2 x HDMI 2.0b
  • 1 x DisplayPort 1.2
  • 1 x USB Type-C
 

Pour l’affichage, nous avons à l’arrière deux ports HDMI, un port Display Port ainsi qu’un port USB Type-C. Ce qui nous laisse un vaste choix pour se connecter à l’écran. Le port USB Type-C permet également de recharger en même temps le périphérique connecté dessus (en 5V 3A, donc pas suffisant pour recharger un ordinateur portable)

L’écran sert de hub USB, avec l’USB-C ou encore avec le connecteur USB Type-B dénommé « UPSTREAM » sur la photo. Cela permettra de connecter un périphérique USB à l’arrière et deux sur le côté. (On est sur de l’USB 3.2 Gen. 1 partout).

Un lecteur de cartes SD est également présent, ainsi que la connectique Jack pour brancher un casque et un micro. Bref, il n’y aura pas besoin de se connecter directement à l’ordi avec tout ça. Nous sommes face à un écran très fourni en connectique et ça fait plaisir, à une époque où cela se fait rare.

L’écran ne possède pas de hauts-parleurs mais ce n’est pas une perte car ceux-ci sont généralement de mauvaise qualité. Un port Jack à l’arrière permettra tout de même de connecter un haut-parleur si on souhaite que le son de l’ordinateur passe par l’écran.

Parmi ce qui est inclus dans le package, on retrouve tous les câbles pour se servir pleinement de l’écran. Un câble USB-C vers USB-C, un câble USB-B pour le hub, mais aussi un Combo-Jack vers double Jack (pour la prise Jack arrière), un câble HDMI, un câble DisplayPort et le câble d’alimentation. On dispose également des vis de fixation VESA ainsi qu’une casquette magnétique. On a donc tout ce qu’il nous faut !

ERGONOMIE et qualité de fabrication

D’un point de vue design, on ne peut pas dire que MSI ait été dans l’économie. On retrouve majoritairement du noir mat et une once de bronze à diférents endroits. (Pour le logo devant et derrière, le haut et le bas du pied, et le joystick de contrôle du menu)

Face avant de l'écran
Face arrière de l'écran

L’écran est en plastique. Un plastique qui donne un ressenti de qualité, pour lequel nous ne sommes pas inquiets. Le pied est quand à lui en aluminium. Nous apprécions de retrouver ce genre de matériau.

L’ergonomie est au rendez-vous ! Il est possible d’incliner la dalle en avant/arrière, de régler la hauteur ou encore de tourner l’écran à gauche/droite. On ne peut pas pivoter l’écran en mode portrait.

Différents éléments de design viennent confirmer le côté premium de l’écran. Notamment, la gravure sur le côté gauche ou les lignes audacieuses à l’arrière de l’écran.

Le bouton d’allumage de l’écran est rétroéclairé. Blanc lorsqu’il est allumé, orange lorsqu’il est en veille, éteint lorsque l’écran est… éteint.

Sur le devant de l’écran on peut voir le capteur de luminosité. Ce dernier adapte dynamiquement le contraste de l’écran en fonction de l’environnement. Pour nos mesures, nous avons désactivé cette fonction afin d’éviter que les résultats soient biaisés.

La commande du menu OSD se fait à partir du joystick à l’arrière de l’écran. C’est une des meilleures manières à ce jour pour naviguer dans les menus. Un bon point positif pour nous.

Le menu OSD est complet, et permettra d’effectuer normalement tous les réglages nécessaires. A noter que certains réglages sont inaccessibles dans certains modes. (Par exemple en HDR les réglages permettant de faire varier l’intensité de rouge/vert/bleu sont inaccessibles)

La dalle possède un revêtement Anti-glare qui ne nous a pas plus dérangé que ça. RAS.

QUALITÉ D'IMAGE

Toutes les mesures ont été effectuées grâce à une sonde i1 DisplayPro de X-Rite appuyée par le logiciel DisplayCal.
Nous effectuons des mesures de l’écran « sorti d’usine ». Puis nous faisons l’étalonnage de l’écran et reprenons des mesures afin de voir ses performances.
Les résultats que nous obtenons sont très bons ! L’écran nous fournit une couverture de l’espace des couleurs sRGB de 97.1% avec un volume de 138.3% du spectre sRGB. Pour le DCI-P3 nous sommes à 92.6% de couverture et 98% d’étendue. C’est similaire à ce qui est annoncé par MSI (couverture à 95 % du profil DCI-P3).
 
Le contraste avant étalonnage est assez faible, notamment en prenant compte celui annoncé par le constructeur (1000:0), ici nous sommes sur un ratio de 657:1.
Gamut MSI MS321UP

Le contraste s’améliore après calibration, atteignant désormais un ratio de 1035:1 ce qui ressemble davantage à ce que l’on attend d’un écran IPS.

La luminosité est gérée dynamiquement avec des zones découpées par colonnes. Cela est visible notamment lorsqu’on passe la souris de gauche à droite de l’écran avec un fond complètement noir. C’est un bon point pour nous.

Il est à noter que le contraste est la différence (en ratio) entre la luminosité du point noir et celle du point blanc. Ici, le point noir se situe à 0.328 cd/m² en pré-étalonnage et à 0.182 cd/m² en post-étalonnage. Des valeurs acceptables. Il faudra se tourner vers une dalle VA pour avoir un contraste bien plus important.

La luminosité du point blanc relevée dans les paramètres par défaut est de 215 cd/m². Lors de notre étalonnage nous visons une valeur de 250 cd/m², plus élevée que la norme d’impression de 120 cd/m², néanmoins nous considérons cette valeur comme étant plus représentative d’une utilisation normale.

Delta-E

deltaE pre etalo MSI Summit MS321UP
deltaE post etalo MSI Summit MS321UP

Pour les mesures du deltaE moyen nous effectuons une moyenne sur 490 couleurs différentes. Nous affichons aussi les deltaE pour les couleurs primaires et secondaires, en prenant la moyenne de deltaE d’une couleur sur 20 tons différents. La formule de DeltaE utilisée est le DeltaE 94.

Le DeltaE (94) moyen relevé en sortie d’usine est de 2.34, ce qui représente une déviation des couleurs correcte bien que l’on s’attendrait à mieux d’une dalle IPS (normalement parmi les meilleures en termes de rendu). La fidélité des couleurs conviendra à toute personne ne faisant pas de travail sensible. Et ces personnes n’auront pas de problèmes puisqu’ils étalonneront leur écran si ils ont vraiment besoin de fidélité.

Il a été difficile de trouver les bons réglages pour calibrer à la main cet écran, qui est déjà calibré d’usine selon les dires du constructeur (et le document qu’ils fournissent avec chaque écran). Le meilleur réglage trouvé a été lors de l’activation du mode Eco (dans l’OSD, chercher Professionnel > Mode > Eco), puis dans les réglages de couleur (menu Image > Teinte, idem pour Image > Saturation) passer le rouge à 60 et le bleu à 40 (initialement tout est à 50). A noter que le blanc affiché sur l’écran ne prend pas en compte les changements d’intensité de couleur, ce qui rend plus compliqué la calibration de l’écran avec notre sonde de mesure (on fait varier les intensités de couleur « à la louche » du coup). Ce problème n’est pas présent sur les autres écrans que nous avons pu tester.

Une fois étalonné le DeltaE tombe à une moyenne de 1.98, avec des déviations toujours assez marquées sauf pour le vert qui a bien été récupéré. Après étalonnage le résultat est satisfaisant sans pour autant être exceptionnel.

HDR

Le MSI MS321UP est certifié VESA DisplayHDR™ 600 (souvent simplifié par HDR 600). Cela signifie que cet écran remplit certains critères de qualité d’image et de rendu de couleurs. mais quels sont-ils ? Et la différence est-elle vraiment là ?

L’activation de l’HDR se fait à travers l’OSD, avec plusieurs modes. Dans Professionnel > Mode, on a « Adobe RGB », « Display P3 », ainsi que d’autres modes avec des calibrations déjà effectuées. La différence entre chaque mode est imperceptible à l’oeil, mais le passage entre le sRGB et un de ces modes « HDR » devrait apporter une différence. Un des bénéfices de la norme DisplayHDR 600 est la présence obligatoire d’un « local dimming », c’est à dire d’un réglage de la luminosité locale (et non plus uniforme sur tout l’écran). C’est le constat que nous avions fait plus haut sur cet écran.

Des mesures spécifiques à l’HDR n’ont pas été faites sur cet écran, mais les valeurs mesurées auparavant tendent à montrer que la qualité d’image est au rendez vous et que MSI a respecté ce qui est annoncé pour cet écran.

Si vous avez plus de questions concernant les différentes normes HDR,  nous vous conseillons ce très bon article de chez TFT Central (en anglais) qui vous expliquera en détail les différentes normes  existantes et leurs spécificités.

 

Gamma

gamma pré étalonnage MSI Summit MS321UP
gamma post étalo MSI Summit MS321UP

Le gamma en sortie d’usine reste très acceptable et présente une baisse sur les tons très ou peu lumineux, ce qui est assez classique.
Après étalonnage nous arrivons à un résultat presque parfait. Bonne nouvelle donc.

Température

temperature couleur pré étalo MSI Summit MS321UP
temperature couleur post étalo MSI Summit MS321UP

La température des couleurs est assez froide, avec une moyenne de 7200K soit 11% de déviation du point blanc voulu de 6500K. Comme d’habitude c’est dans les tons sombres que les valeurs explosent. L’étalonnage arrange tout et on colle mieux à la courbe de blanc désirée avec une moyenne se situant à 6589K soit environ 1% de déviation.

UNIFORMITÉ RÉTROÉCLAIRAGE

Pour mesurer l’uniformité du rétroéclairage nous divisons l’écran en une grille de 5×5 cases avant de voir via le logiciel DisplayCal et notre sonde de colorimétrie la luminosité de chaque case à différents niveaux de gris. Nous calculons ensuite la moyenne (en %) par case de déviation de la luminosité vis à vis de la case centrale pour générer l’image ci-dessous.

Graphe uniformité

On observe que le rétroéclairage n’est pas totalement uniforme. Le centre de l’écran est plus lumineux que le reste, mais ironiquement le reste de l’écran est assez uniforme en soi. On s’attendrait à mieux pour une dalle IPS (certes pas au niveau d’une dalle VA). En pratique, on ne constate pas de fuite de lumière particulière et seul le centre de l’écran pourrait paraître très légèrement plus lumineux que le reste dans certaines conditions (scènes sombres de films par exemple).

Réactivité et TEMPS DE RÉPONSE

Le temps de réponse (ou plutôt rémanence) représente le temps que les cristaux liquides mettent à passer d’une position donnée à une autre. Pour plus de détails référez vous à notre article sur le sujet.

Nous représentons 30 transitions de gris dans nos mesures qui donneront une bonne idée de la réactivité globale de l’écran et de l’overshoot associé.
Pour ces mesures nous utilisons une sonde dédiée et son logiciel, tous deux faits maison, qui nous permettent d’arriver à une précision sous la milliseconde et de prendre automatiquement une très grande quantité de données.

Les tests ont été fait avec le réglage de temps de réponse (dans Professionnel > Temps de réponse) positionné sur Rapide.

Tableau temps de réponse
Tableau overshoot

Tableaux récapitulant les temps de réponse (à gauche) et les valeurs d’overshoot (à droite) mesurés pour l’écran Asus PA278QV

L’écran possède un temps de rémanence honnête. Avec une moyenne à 8ms et des valeurs autour de 20ms dans les transitions très sombres. En pratique on ne ressent pas de ghosting. L’overdrive est quand à lui plutôt mauvais, avec plus de 21% de décalage sur certaines transitions de clair à sombre. Pour palier à ça, il vaut mieux désactiver l’Overdrive (baisser le réglage de temps de réponse dans Professionnel > Temps de réponse et le mettre à Normal). Cela impactera légèrement les temps de réponse (tableau de gauche).

SOFTWARE

MSI a beaucoup misé sur la partie logicielle pour cet écran, notamment avec son logiciel Productivity Intelligence. On remarquera notamment la présence des réglages OSD directement accessibles à partir du logiciel. Ainsi que  la possibilité d’utiliser deux ordinateurs reliés à l’écran l’un après l’autre (mode KVM), et une « annulation de bruit active » à l’aide d’un micro intégré à l’écran. (Le résultat n’est pas transcendant mais la fonctionnalité mérite d’être citée)

C’est pour nous une bonne surprise de trouver ce type de logiciel inclus avec un écran, ce genre de fonctionnalité ne court pas les rues.

UTILISATION, AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

En utilisation bureautique l’écran est très agréable. Avoir une dalle de 32″ en 4K offre une grosse surface pour travailler, il n’y aucune gêne à mettre deux fenêtres côte à côte, voire plus ça peut même paraître trop « petit » pour certains. Il est important de noter que pour la productivité, la taille de l’écran ne suffit pas à caractériser la « place » disponible sur l’écran, la quantité de pixels est fondamentale et permet de définir la « vraie » surface de travail, la taille de la dalle ne va ensuite que déterminer la taille de ce qui est affiché à l’écran.
Du QHD en 32″ permet donc d’avoir une bonne productivité tout en n’ayant qu’un seul écran.

Capture d'écran de plusieurs fenêtres superposées

Pour ce qui est du contenu multimédia, notamment les films, la très bonne qualité d’image rend l’expérience particulièrement agréable. La grande dalle permet de couvrir une bonne partie du champ de vision en fonction de la distance à l’écran.
On préfère évidemment un écran au format 21:9 qui permet de supprimer les bandes noires.

Jouer en 4K n’est pas quelque chose d’envisageable pour tout le monde. En effet, il faut que l’ordinateur soit assez puissant pour faire tourner le jeu à une telle résolution. Il est toujours possible de jouer à une résolution plus faible (WQHD par exemple) même si c’est « dommage » compte tenu de la résolution native de l’écran. Mais on peut aussi voir cet écran comme un « investissement », qui pourra être utilisé à son plein potentiel dans les prochaines années. Lorsqu’une configuration permettant de jouer en 4K sera plus abordable. Il parait tout de même nécessaire de préciser que cet écran n’est pas destiné aux jeux vidéos de base. Néanmoins il ne sera pas « mauvais » dans cet usage.

Pour des jeux plus réactifs, compétitifs, les 60Hz de l’écran seront vite limitants. Pour résumé, ne prévoyez pas de jouer intensivement avec cet écran. Il existe des alternatives à des prix plus intéressants qui réaliseront mieux cette tâche.

CONCLUSION

Nous sommes ici clairement face à un écran haut de gamme, et c’est notamment visible aux éléments supplémentaires qu’apporte cet écran (hub USB avec lecteur de cartes, logiciel fourni, micro avec annulation de bruit) mais aussi par le design soigné du produit. La dalle en elle-même nous a un peu déçus, on s’attendait à un écran avec un très bon rendu (Dalle IPS, DeltaE d’usine censé être inférieur à 2) et nous avons face à nous une dalle « convenable ».

L’écran est en ce moment trouvable aux alentours de 900 euros. Pour ce prix là nous pensons qu’il sera possible de trouver un écran proposant une meilleure dalle, et même pour moins cher si on fait un compromis sur certaines fonctionnalités que propose cet écran MSI. Pour autant, l’acquisition du MS321UP peut se faire sans craindre de gros problèmes.